Des nouvelles de la lutte à Notre-Dame-des-Landes

On en est tous conscients maintenant, l’appellation de « Grands Projets inutiles » parle à de plus en plus de monde, encore qu’un monde très militant, et il nous faut donc sortir des frontières de ce petit cercle. C’est aussi le but de ce blog, faire prendre conscience au monde « non militant » et bien pensant, qu’il serait temps qu’il se bouge, je ne dirai pas quoi, s’il ne veut pas se faire croquer ses terres et son droit d’expression, par le grand capital, ainsi que ce semblant de démocratie qui nous reste dans ce monde occidental, dit « moderne », et dit « civilisé ».

J’en veux pour preuve les méthodes utilisés par ce gouvernement, qui finalement n’ont pas beaucoup changé depuis la naissance de la cinquième république (1958). Le 17 Octobre 1961 avec la répression des manifestants algériens en est la parfaite illustration. Voir sur le site d’Antigone, en fin d’article.

Y’a un film tout récent qui s’est fait sur la ZAD :

Invin$$ibles?! Zadistes the question ! ( Le syndrome de Peter Pan )

Et pour l’actu récente :

Sème ta ZAD samedi dernier sur la ZAD :

http://www.youtube.com/watch?v=7WUy_joc52M

Ca a chauffé le 15 avril dernier à Notre Dame des Landes (article de journal) :

http://www.liberation.fr/terre/2013/04/15/les-opposants-depasses-a-notre-dame-des-landes_896465

La ferme Bellevue, le dernier Bastion 16 avril 2013 :

http://www.youtube.com/watch?v=QrAiSY05jWk&feature=endscreen&NR=1

Enfin dernière chose qui donne le pêchon et que je savais pas du tout, il existe bien une carte g**gle (des fois ça sert, mais honte à lui quand même !) qui recense tous les comités locaux :

http://comites-ndl.blogspot.fr/p/carte.html

Extrait d’un appel du Comité de soutien (de Vienne – Isère Rhodanienne) en solidarité avec la lutte de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) pour une réunion tenue le Jeudi 15 novembre

A Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, se joue actuellement un combat crucial : celui du mode de développement que l’on souhaite. Comme l’écrit Hervé Kempf dans un article sur lemonde.fr daté du 21 octobre dernier :  » […] se cristallisent ici toutes les problématiques qui forment le complexe écologique de ce début du XXIe siècle. […] Alors que le Programme des Nations unies pour l’environnement vient d’annoncer que les zones humides, essentielles à la biodiversité et à la régulation des écosystèmes, ont perdu dans le monde la moitié de leur superficie depuis un siècle, on s’apprête en France à détruire un site dont 98 % des terres sont des zones humides. Alors que, semaine après semaine, les climatologues publient des études montrant la gravité du changement climatique, on s’apprête en France à construire un aéroport qui stimulera le trafic aérien, important émetteur de gaz à effet de serre. Alors que l’artificialisation des sols et la disparition des paysans sont officiellement déplorées, on les planifie ici, ce qui les justifiera ailleurs. Alors que le pouvoir du capital et les partenariats public-privé sont partout dénoncés, on donne les clés du projet à la multinationale Vinci.  »

Contact : Nikolaz Berthomeau

  • Courriel  : nikolaz@attac.org
  • Tél. : 06 63 86 37 21

Coordination grenobloise de lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et son monde

Le collectif grenoblois de soutien à la ZAD, contre l’aéroport et son monde se réunit tous les mardi à 18h30 à Antigone. Nous vous invitons à vous informer sur l’actualité de la lutte contre l’aéroport puis à réfléchir et statuer sur des actions à mener et de les préparer.

Contact :

  • Courriel : nddl38[at]riseup.net

La répression des algériens du 17 octobre 1961 :

http://www.bibliothequeantigone.org/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=13&Itemid=58

A très bientôt sur une permanence du comité grenoblois

Nout’

Le projet Veilleurs

Les veilleurs qu’est-ce que c’est ?

Les Veilleurs ce serait d’abord un groupe de gens qui souhaitent se former à la permaculture. Une dizaine de personnes pour commencer, ce serait bien. Le but de ce groupe, en plus de se former soi-même, ce serait aussi de faire connaître la permaculture de façon ouverte à qui veut « designer » (en anglais) son terrain. Les veilleurs seraient les bras et les têtes qui veulent apprendre. Non on a pas parlé de « main d’oeuvre bon marché et corvéable à merci », d’abord ! Mais les termes de l’échange sont à définir effectivement. On peut voir ça comme du WWOOF collectif.

Donc les chantiers pourraient se faire en ville en vivant en communauté dans une maison et en se rendant chez les gens qui veulent « designer » leur jardin, par exemple. Au début ça ne serait pas rémunéré. Ce serait juste une bande de copains qui veulent apprendre à mettre en place un lieu mais en groupe, et donc pas tout seul dans son coin. Car ça, le fait d’avoir SON terrain à soi (faut déjà y arriver en plus de ça), ça pèse, ça met une pression qui n’est pas du tout propice à l’apprentissage.

J’ai déjà un premier lieu où ce serait possible sur Grenoble. A voir donc.

Ensuite on en est pas là mais si on veut faire plus large, on peut faire la même chose en nomades à pied dans les campagnes, donc là c’est plus physique. C’est dans ce sens là que j’apparente le reste du projet à une sorte de service militaire. Mais dans ce cas, cela s’appellerait plutôt un service citoyen ou service civique.

Certains me diront : pourquoi ne pas faire ça avec Unis-cité, la principale association qui propose des services civiques « en masse ». Et bien parce que c’est une usine à gaz : tous les grands groupes industriels en font partie et ils ne proposent que de petites missions plan-plan et rangées. De plus l’idée serait d’ouvrir le concept du service civique à tous les profils, des chômeurs longue durée aux personnes en reconversion de tous âges.

Nous avons en projet avec Alex, un copain qui fait partie d’Alliance citoyenne, de faire une longue randonnée, sur plusieurs semaines (à voir), pour partir à la rencontre des agriculteurs du coin, c’est à dire les région de l’Isère, et de la Drôme. En Isère, dans le Trièves cet été, Alexia Martinez avec qui j’ai fait mon Cours Certifié de Permaculture (CCP) l’été dernier, en refait un. Ce sera fin juillet début Août.

Donc à voir quel tracé on se donne, mais on peut se faire une réunion pour parler de tout ça quand vous voudrez. A priori pour l’instant on a donc quelques étapes importantes, 2 élèves (Alex et moi donc), et un prof-tuteur voire deux en fait. Jean s’y connaît bien en électronique, ainsi qu’en apiculture, et il peut nous accueillir cet été pour la récolte des ruches de ses parents, aux alentours de Die en août. Et Fred qui anime une partie du stage d’Alexia cette année, qui est par ailleurs traiteur en alimentation vivante, est intéressé par le projet Veilleurs. Il peut-être une bonne personne ressource pour l’instant, même s’il n’a pas le diplôme en perma (le niveau au dessus du CCP, sur 2 ans). Enfin Jean-Christophe, un pote jardinier serait intéressé lui aussi, mais il bosse cet été, en maraîchage chez Xavier Moget à Sassenage. Il a été faire des chantiers Serres passives dans l’Himalaya je crois, et il est aussi producteur de semences amateur pour Kokopelli.

Comme vous l’aurez remarqué, il y a beaucoup d’hommes dans ce projet, alors mes demoiselles, si vous souhaitez participer, manifestez-vous, criez très fort, je sais pas, mais faites quelque chose !

Je pense à beaucoup de gens que ça pourrait intéresser, mais sachez que les Veilleurs sont un carrefour de gens motivés pour apprendre, comme le service militaire ou civique : on y passe mais on n’y reste pas forcément. C’est une passerelle vers d’autres projets, et je ne veux m’approprier ou supplanter les projets de personne. C’est juste une sorte d’organisme de formation alternatif, avec comme idée, l’éducation populaire.

Voilà, en attendant vos propositions ou commentaires, je vous souhaite un bel été beau et chaud, comme aujourd’hui mercredi 10 avril.
Enfin un air de printemps qui souffle ! Pourvu que ça dure !

A très bientôt

Nout’

La stratégie du choc

En 2007, Naomi Klein publiait La Stratégie du choc.
Un traumatisme collectif, une guerre, un coup d’état, une catastrophe naturelle, une attaque terroriste plongent chaque individu dans un état de choc. Après le choc, nous redevenons des enfants, désormais plus enclins à suivre les leaders qui prétendent nous protéger. S’il est une personne à avoir compris très tôt ce phénomène, c’est Milton Friedman, Prix Nobel d’économie en 1976.
Friedman, soutenant l’ultralibéralisme, conseilla aux hommes politiques d’imposer immédiatement après une crise des réformes économiques douloureuses avant que les gens n’aient eu le temps de se ressaisir. Il qualifiait cette méthode de traitement de choc.
Naomi Klein la qualifie de « stratégie du choc ».
En utilisant de nombreuses images d’archives, Michael Winterbottom et Mat Whitecross démontrent la puissance du texte de Naomi Klein et la nécessité de résister.